Une jeune femme de 21 ans battue par son petit ami, la police refuse de s’en mêler

Une jeune femme de 21 ans battue par son petit ami, la police refuse de s’en mêler

Une Sud-Africaine de 21 ans sauvagement battue par son petit ami a raconté comment la police lui a demandé d’aller régler entre eux.

Publicités

Battue si violemment, abusée psychologiquement et à peine capable de voir à travers ses yeux gonflés, la sud-africaine Ntokozo Mbatha croyait qu’elle obtiendrait la protection de la police, mais, à son grand choc, elle a été renvoyée pour faire face à d’autres abus. « Un policier lui a dit « Va discuter avec lui «  lorsqu’elle est allée porter plainte.

S’exprimant depuis son domicile à Alexandra, au nord de Johannesburg, cette mère sud-africaine de deux enfants a raconté à ScrollaAfrica que la police avait placé son agresseur en garde à vue et l’avait ensuite laissée seule avec lui dans une pièce pour qu’ils règlent leurs différends. Son petit ami affirme l’avoir battue parce qu’elle lui a manqué de respect.

« J’étais avec ma sœur et des amis quand il nous a rejoints. Nous avons emmené ma sœur chez elle, de l’autre côté d’Alexandra, et sur le chemin du retour, il s’est arrêté et m’a dit que je lui manquais de respect« , a-t-elle raconté. « Quand ils sont arrivés à la maison du petit ami, il est devenu plus agressif. Il m’a frappé au visage comme si j’étais un animal dangereux qui essayait de le tuer« , a déclaré Ntokozo.

Publicités

Pendant qu’elle était frappée, la sud-africaine craignait qu’il ne mette fin à sa vie en utilisant ses deux armes à feu. Ntokozo a déclaré que ce n’était pas la première fois que son petit ami la maltraitait. Il y a trois mois, ils se sont disputés chez elle. Il l’a emmenée chez lui, l’a enfermée et est allé chercher ses armes à feu. Selon le porte-parole de la police, le capitaine Kay Makhubele, une enquête a été ouverte.

Publicités
Lire aussi  Covid-19 Afrique du Sud : l’état d’urgence prolongé

Laisser un commentaire

Résoudre : *
10 + 12 =