Un Blanc perd sa maison, 10 parcelles de terre et une ferme au profit d’une fiancée ougandaise

Un Blanc perd sa maison, 10 parcelles de terre et une ferme au profit d’une fiancée ougandaise

Un ressortissant irlandais, David Michael O’Connel, est en colère après que le tribunal de première instance de Mpigi en Ouganda lui ait ordonné de quitter une maison, 10 parcelles de terre et une ferme d’une valeur de plusieurs milliards de shillings après avoir acheté les propriétés au nom de sa fiancée ougandaise, mais n’a pas pu prouver qu’il est le financier derrière, rapporte DailyMonitor

Publicités

Dans son verdict rendu le vendredi 10 septembre, la magistrate en chef Ruth Nabaasa a déclaré que le tribunal n’entrerait pas dans les détails de savoir si l’argent que Mme Catherine Nakawooza a utilisé pour acquérir 10 parcelles de terrain, 10 acres de terres agricoles à Namayumba dans le district de Wakiso et une maison valant des milliards a été financée par M. O’Connel.

« Le simple fait d’être le financier d’une transaction foncière pour laquelle une autre personne est enregistrée en tant que propriétaire ne fait pas partie des exceptions légalement reconnues à l’irrévocabilité du titre en vertu de la loi sur l’enregistrement des titres », a déclaré le magistrat en chef Nabaasa.

« Il semble discutable et académique pour cette cour de s’aventurer dans l’analyse si ce sont bien les fonds de l’intimé (M. O’Connel) qui ont payé les terres des requérants (Mme Nakawooza). Je sais que le requérant (Mme Nakawooza) a contesté le lien entre les preuves documentaires produites par le défendeur pour prouver qu’il était la source des fonds pour les transactions foncières du requérant », a-t-elle ajouté.

Publicités

« Néanmoins, en raison de mes conclusions dans la question 2, je suis convaincu que la maison d’habitation de la requérante (Mme Nakawooza) où elle réside habituellement lui appartient de plein droit. Une ordonnance ne remet pas en cause le défendeur (M. O’ Connel) d’accéder à cette maison sans l’autorisation préalable du pétitionnaire », a déclaré Mme Nabaasa.

Mme Nakawooza était représentée par M. Godfrey Rwalinda tandis que M. Mohammad Mbabazi était le conseil de M. O’Connel.

Des documents judiciaires montrent que M. O’Connel et Mme Nakawooza ont eu une relation à partir de 2002 environ.

Le couple a commencé à vivre ensemble à peu près au même moment et a ensuite eu trois enfants.
Selon les dossiers du tribunal, Mme Nakawooza a apporté des preuves pour montrer qu’elle a célébré un mariage coutumier avec M. O’Connel le 25 janvier 2014 à Bweyogerere près de Kampala.

Elle a produit également des éléments de preuve démontrant que pendant qu’ils cohabitaient, elle acquit un certain nombre de biens immobiliers, qu’elle enregistra à son nom et confia tous les titres de propriété à la garde et à la garde de M. O’Connel.

Publicités

Mme Nakawooza a également apporté la preuve qu’après leur mariage, ils ont acquis une autre propriété à Nansana comprenant 11 logements locatifs indépendants dont M. O’Connel lui a secrètement caché les coordonnées.

Cependant, en réponse, M. O’Connel a nié avoir célébré un mariage traditionnel avec Mme Nakawooza.

Il a déclaré que les événements du 25 janvier 2014 à Bweyogerere ne constituaient pas un mariage traditionnel mais simplement une visite à la mère de Mme Nakawooza, connue comme l’homme qui sortait avec leur fille et également le père des trois enfants.

M. O’Connel a également déclaré qu’étant donné qu’il n’était pas ougandais, il n’était pas autorisé à acheter des terres mailo, les achetant donc au nom de Mme Nakawooza.

« Au procès, l’intimé (M. O’Connel) a présenté une myriade de documents montrant des virements bancaires et des lettres de change pour prouver qu’il était la source réelle des fonds qui ont payé les propriétés », a déclaré M. O’Connel.

« Il a également affirmé que l’entente entre lui et la pétitionnaire était que, puisqu’il était un étranger de citoyenneté irlandaise, qui ne pouvait pas posséder des terres en Ouganda, après s’être enregistré en tant que propriétaire de plusieurs propriétés, la pétitionnaire exécuterait des démarches en sa faveur en tant que locataire pour chacune des propriétés, lui accorderait des procurations pour utiliser et traiter chaque propriété comme il l’entendrait », a-t-il ajouté.

Le ressortissant irlandais a également nié être un père cruel envers ses trois enfants, comme le prétend Nakawooza.

Dans son action en justice, Mme Nakawooza avait demandé au tribunal d’annuler leur mariage présumé, une ordonnance interdisant à M. O’Connel d’accéder à leur domicile conjugal et une ordonnance lui accordant la garde de leurs enfants.

Mais le tribunal dans sa décision a statué qu’aucun mariage n’existait entre les deux, donc il n’y avait rien à dissoudre.

Cependant, le tribunal a donné raison à Mme Nakawooza et lui a accordé la garde de leurs trois enfants au motif qu’ils sont encore jeunes et ont besoin des soins de leur mère.

M. O’Connel dimanche 12 septembre, a déclaré qu’il n’était pas satisfait de la décision du tribunal, ajoutant qu’il ferait appel dans les 14 jours.

« Lorsque des investisseurs étrangers comme moi sont ciblés pour leurs actifs ici, la nouvelle se répand et se répand rapidement et effraie beaucoup plus d’investisseurs potentiels », a-t-il déclaré.

Publicités

Laisser un commentaire

Résoudre : *
28 − 26 =