Nicki Minaj refuse de se faire vacciner… et contracte le Covid
Nicki Minaj

Nicki Minaj refuse de se faire vacciner… et contracte le Covid

La rappeuse américaine a été testée positive la semaine dernière. Sur les réseaux sociaux, elle maintient fièrement sa position antivax avec des arguments aberrants. Une propagation de fausses rumeurs dénoncée par le premier ministre britannique, Boris Johnson.

Publicités

Les Américains ont donc aussi leur Francis Lalanne. Son nom ? Nicki Minaj. La chanteuse de 38 ans affiche fièrement son opposition à la vaccination. Habituée du Gale du Met, son absence ce lundi 13 septembre a été très remarquée. Elle a refusé de se rendre à l’événement people new-yorkais, car les invités devaient être vaccinés, une obligation sanitaire inconcevable pour elle. «Ils veulent que vous soyez vacciné pour le Met. Si je me fais vacciner, ce ne sera pas pour le Met. Ce sera quand j’aurai fait assez de recherches. J’y travaille en ce moment», a-t-elle expliqué.

Reine de la fake news
Dans sa série de tweets, Nicki Minaj révèle avoir été testée positive il y a quelques jours à une forme légère de la maladie. «Je préparais les Video Music Awards [le 13 septembre, NDLR] puis j’ai tourné un clip et devinez qui a le Covid ? Vous savez ce que c’est de ne pas pouvoir embrasser ou tenir votre petit bébé pour plus d’une semaine ? Un bébé qui est seulement habitué à sa mère ?». Malgré ce désagrément, sa position antivax reste inchangée. Elle s’appuie notamment sur les propos de son ami, le rappeur Drake. Ce dernier avance que le vaccin n’empêche pas la contamination et qu’il aurait été infecté après avoir reçu une dose, sans plus de précision. Minaj fournit des arguments de poids pour dénoncer ce virus. Elle évoque en effet les «testicules gonflées» d’un ami de son cousin, une inflammation qui, selon elle, serait effet secondaire de la vaccination.

Les réactions ne se sont pas fait attendre. Bienveillantes, comme celle du docteur Raven Baxter, biologiste moléculaire, qui propose d’échanger sur le sujet. Le vaccin, pas les testicules de l’ami de son cousin… «Si tu veux parler avec une scientifique et fan au sujet du vaccin, je serais ravie d’en discuter avec toi ! Beaucoup d’amour… Et prends soin de toi », lui a-t-elle écrit. Outrée par les propos de la chanteuse, la journaliste américaine a été plus radicale : «C’est assez d’Internet pour aujourd’hui».

Publicités

Les propos de Nicki Minaj ont été dénoncés par le gouvernement britannique. Mardi 14 septembre, Boris Johnson devait expliquer face à la presse ses plans anti-Covid. Le Premier ministre britannique s’est retrouvé à parler de la rappeuse Nicki Minaj et de ses affirmations sur l’effet du vaccin. Présent à cette conférence, le médecin-chef de l’Angleterre Chris Whitty a immédiatement dénoncé les «mythes» entourant la vaccination contre le Covid-19.

«Il y a un certain nombre de mythes qui circulent, dont certains sont clairement ridicules», a-t-il déclaré lors de la conférence de presse. «Certains (…) ont clairement pour simple but de faire peur. C’est l’un d’entre eux.»

Interrogé au sujet de Nicki Minaj mercredi matin, le ministre de la Santé britannique, Sajid Javid, a appelé les célébrités à faire attention à ce qu’elles disent. S’exprimant sur Times Radio à propos des «gens qui diffusent de la désinformation», il leur a lancé: «S’il vous plaît, ne faites pas ça. Vous faites vraiment du mal aux gens parce que les vaccins sauvent des vies et en répandant des mensonges, vous faites l’inverse.»

Nicki Minaj comptabilise près de 23 millions d’abonnés sur Twitter. Depuis le début de la crise sanitaire, le réseau social s’était engagé à endiguer la propagation de fausses rumeurs autour du vaccin. Pas toutes apparemment, puisque selon l’entreprise fondée par Jack Dorsey, les tweets de la chanteuse n’entrent pas en violation avec son règlement.

Publicités

Laisser un commentaire

Résoudre : *
28 + 18 =